Devoir Citoyen

espace libre pour citoyens sénégalais et d'ailleurs

Institution de prévoyance des retraités du Sénégal (IPRES) (Par Mandiaye Gaye)

Mais, est-ce que véritablement, l’intitulé qui dénomme IPRES


lire la suite.......

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT (Samba Sylla)

Samba SYLLA                                                                          Malika, le 27/05/2018 Quartier Alphousseynou SOW Malika SENEGAL Email :


lire la suite.......

A quoi bon démarrer une campagne référendaire quand une partie de la population est déjà aux urnes ? (Par Bathie Ngoye Thiam)

Ils sont certes militaires et paramilitaires, mais avant tout des citoyens sénégalais. Ils ont le droit de voter comme tous leurs concitoyens.


lire la suite.......

Un crime de lèse-majesté qui se paie cash ! Par Mody Niang

Je ne m’étais pas trompé. Comme je l’avais annoncé dans ma contribution publiée par trois quotidiens de la place les 5 et 6 octobre 2016, ils me sont copieusement tombés dessus et m’ont traité de tous les noms d’oiseaux.


lire la suite.......

Djibo Leïty ka, l’autre virtuose de la tortuosité qui ne peut plus se passer de l’oxygène du pouvoir (PAR MODY NIANG)

Me Oumane Ngom et Djibo Leïty ka sont de parfaits jumeaux, tous les deux des virtuoses de la tortuosité.


lire la suite.......

LA CONTRAINTE LÉGALE, NE DOIT PAS SE TRADUIRE PAR UNE RÉPRESSION SANGUINAIRE

Le cercle des soufis dénonce, ce qu'il appelle le "crime de répression sanguinaire"  se traduisant par un comportement inadmissible et inapproprié

- plus articulé au massacre qu'au maintien de l'ordre normal- de plus en plus constaté actuellement dans les rangs des forces de l'ordre.

Le monopole de la contrainte, ne devrait pas être synonyme de massacre  ou  de répression sanguinaire.

Le caractère récurrent, des massacres que nos forces de l'ordre ont pris l'habitude de perpétrer, à l’occasion de leurs exercices de maintiens de l’ordre, prend la forme de crimes grave, qui à la longue, pourrait être considéré, comme crimes contre l'humanité.

 Et dans cet ordre d’idée, le Cercle des intellectuels soufis appelle le président Macky Sall, à prendre immédiatement les mesures  idoines, excluant toute forme de violence et l’emploi de la force dans le cadre du maintien de l’ordre par nos forces publiques, au sein du campus et pour le respect des franchises universitaires. Ensuite, de procéder dans les meilleurs délais à une enquête sérieuse pour déterminer les circonstances de la mort du jeune Bassirou Faye. Ce qui doit déboucher également à débusquer le présumé meurtrier, qui doit être sévèrement punis, pour que jamais, qu’il n’y ait plus pareille bavure.


Le Cercle en appelle également, à  la démission sans délai du ministre Marie Teuw NIANE, lequel n'est plus, ni l'homme de la situation, ni l’acteur  pacifique favorisant la réconciliation. Parce que, à force de rhétoriques  belliqueuses et de déclarations mata moresques,  le ministre devient un facteur de blocage  sans conteste de solution et de l'application des réformes de l'enseignement supérieur en cours au Sénégal.
 Serigne Fallou Dieng

 

 

Recharche Google


Citation

"Nous les êtres humains nous sommes coupables de nombreuses catastrophes dans ce monde, mais nous les êtres humains nous contunions à être l'espoir, et nous allons sauver ce monde avec Dieu à la proue ! "

 

"Nous voulons que le petrole Venezuelien soit utilisé pour la paix et l'amour, pour sortir plein de personnes de la misère "

Allo Président N 253

Chanmp Oicina Commune de Simon Rodriguez et Tigre, Etat d'Anzoategui, le 23 Avril 2006.

Hugo Chavez

Copyright © Devoir Citoyen 2014 Tous Droits Reservés