Devoir Citoyen

espace libre pour citoyens sénégalais et d'ailleurs

CASCADE DE FUITES AU BAC - ÉDITION 2017 : À QUI RÉELLEMENT LA FAUTE ?( Elhadji Daniel SO)

“L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde”
Nelson Mandela


lire la suite.......

COALITION NDAWI ASKAN WI / ALTERNATIVE DU PEUPLE 13 PROPOSITIONS DE LOI ET INITIATIVES PARLEMENTAIRES POUR LA 13EME LEGISLATURE

Les députés de la liste PENCUM NAWLE


lire la suite.......

VERS LA 13e LEGISLATURE : RUPTURE OU CONTINUITE ? INTERROGEONS L’HISTOIRE PARLEMENTAIRE DU SENEGAL INDEPENDANT (Par Alla Kane)

Le 30 juillet 2017 est la date officiellement retenue


lire la suite.......

LES ENJEUX DES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 AU SENEGAL (Par DIAGNE Fodé Roland)

Notre CoalitionNdawi Askan Wi/Alternative du Peuple qui regroupe les partis MRDS, PASTEF, PPAS,RND, TAXAW TEMM, YOONU ASKAN WI, JOT SAMA REEW


lire la suite.......

COMMUNIQUE DE PRESSE : NON A LA DICTATURE ET A LA FORFAITURE !

Guy Mariius Sagna, Directeur de campagne de la coalition Ndawi Askan Wi, initiatrice de la liste Péncum Nawle dirigée par Ousmane SONKO,


lire la suite.......

Bày Doundé contre bày jaay (Par Thiendella)

Une gouvernance sobre et vertueuse, disait Macky Sall, mais comme dans l'agriculture, on ne récolte que ce qu’on a semé. En 2014, le gouvernement en place s'était engagé pour procéder à des ruptures profondes,

qui allaient permettre à notre pays de s'inscrire sur de nouvelles trajectoires de développement. Des actions hardies pour relever durablement le potentiel de croissance, stimuler la créativité et l'initiative privée, afin de satisfaire la forte aspiration des populations, à un mieux être. Il nous faut nécessairement, un nouveau régime qui accordera davantage d'attention aux préoccupations des citoyens, parce que ce sont eux les vrais détenteurs du suffrage universel. 

Espérons que les entrepreneurs nationaux, l'expertise locale ainsi que les jeunes aux talents surs seront soutenus par l’Etat, afin de les aider à faire la différence. Entre le passé et le présent qui prévaut actuellement dans le monde avec ses nouvelles formes d’agir. 

L'exemple, d’une rupture vivement souhaitée consisterait : à appliquer la bonne gouvernance, intensifier la lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite, fertiliser les terres en faveur d'une bonne agriculture saine et durable, afin de pouvoir satisfaire les besoins réels des populations. En outre, il faudra judicieusement, exploiter toutes nos découvertes prometteuses en ressources naturelles.

Et, face à l'émigration clandestine, l’Etat doit identifier, repérer et aider en urgence ceux et celles qui ont perdu espoir en leur pays. Il faut impérativement former les jeunes aux nouveaux métiers et renforcer les connaissances des anciens en vue de connecter les populations les plus reculées et de combler le gap, numérique et en connaissances utiles. 

L’internet, comme un facilitateur universel, devrait beaucoup aider dans le partage du savoir dans plusieurs domaines, particulièrement, sur les priorités déjà définies, en l’occurrence les axes du #PSE actuel Yonu Yokuté. L'Agriculture, l'Enseignement supérieur et la formation professionnelle doivent occuper une place importante parmi les priorités, parce que c’est une base fondamentale dans le développement.

Jusque-là, nous nous demandons encore, où se trouve la justice dans notre pays ? Au regard de cette manière de gouverner caractérisée par des inégalités criardes, comme dans les cas de la distribution des terres et revenus en général. Ceci, dans un pays où les agriculteurs peinent durement, mais ne parviennent pas à satisfaire leurs besoins minimums, parce que les terres ne les appartiennent pas. 

Les terres cultivables, les plus fertiles, sont presque toutes affectées aux ministres, hommes d’affaires et politiques enrichis illicitement. Et, en plus d’eux, il y a les opportunistes locaux et entrepreneurs profiteurs, bailleurs et ONG mafieuses, etc. 

Naturellement, dans de telles conditions, la production agricole sera faible car, tout le monde, les agriculteurs y compris sont entièrement occupés par la politique et il s’y ajoute, notre dépendance chronique aux partenaires extérieurs.

En ce qui concerne les concours, Appels à projets, financements décentralisés, aux limites partisanes, ce sont toujours les plus accommodants qui seront toujours choisis par les bailleurs, à la place des rebelles. Il faut noter que dans notre pays, la seule manière de se révolter ou de protester sans être inquiété, c’est de transformer son mouvement, en un parti politique, même s’il est insignifiant. 

J’invite le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) à lutter plus positivement vers cette devise, noble et louable : Un peuple Un but Une foi. Nous devons, tous, œuvrer inlassablement à l’unité nationale de notre pays, en vue d’en faire une seule et unique nation forte, libre et prospère. Un tel but, si noble, fait partie des causes les plus justes, entre autres, d’un peuple.

Le document PSE note clairement que le Sénégal sera émergent en 2035 avec une société solidaire et dans un État de droit. Mais, cette déclaration tapageuse, est-elle un vœu ou une certitude ? Les acronymes listés sur ledit document du plan, les pointent du doigt tels que le Partenariat Public Privé (PPP) et l’Autosuffisance Alimentaire en Riz (AAR.) Il existe en tout cas, des jeunes avec toute l'expertise qu'il faut pour travailler et réaliser les objectifs fixés. Mais, c'est bien à l’État qu’il revient de les considérer, effectivement comme des partenaires potentiels. 

En vérité, après tous ces échecs subis tout le long des différentes gouvernances et avoir tiré les leçons qui s’imposent, la vraie solution, c'est de donner les moyens nécessaires aux agriculteurs et exploitants agricoles. Ceux-là qui travaillent la terre, en l’occurrence, l’Etat doit leur fournir des terres fertiles, semences de qualité et des subventions afin produire mieux et plus. Trêve de charabias maintenant.

Il faut se remettre sérieusement au travail, en commençant par retrouver une éducation nationale de qualité en vue de former des ressources humaines de qualité, capables d’assumer valablement notre futur développement. C’est le seul moyen capable de donner un nouvel élan ou la relance de notre développement.

Il appartient absolument, aux gouvernants, en matière d’agriculture, de faire un choix net et clair, entre celle de consommation juste et celle intensive de rente ou business. Et ceci selon ce qu’ils auront arrêté et placé comme priorité du moment. Alors si l’option prioritaire porte sur l’autosuffisance alimentaire, en mangeant ce que nous produisons, c’est alors bay dunde. Et si c’est pour exporter exclusivement, c’est alors bay jaay, c'est-à-dire business. Mais qu'en est-il de ce slogan « produire ce que nous mangeons » ? Une telle ambition est perdue d'avance car, même si nous produisons, le meilleur de la production est destiné à l'exportation.

Agripreneur, AgroPreneur... Élites  intellectuelles, migrants et experts aventuriers, ambassadeurs et ambassadrices, tous dans la même cabine. Destination #Diaspora.

Ils profiteront de notre retard. Ils abuseront de notre insouciance, ils accoleront notre image à la pauvreté chronique. Ils amèneront promener les tics et ses dérivés au détriment de l'amélioration des conditions de vie et du renforcement de capacité.

Demain, il y aura du trafic de tracteurs électroniques, systèmes d'arrosages intelligents, terres et ressources redistribuées, éthique, équité et déontologie retrouvées. La jeunesse est prête et engagée dans les nouvelles pratiques et formes de gestion de ressources. Notre continent souffre et les populations périssent à petit feu. Et, ceux qui dénoncent et manifestent leur mécontentement risquent de se retrouver derrière les barreaux. Les matons voient défiler, toutes sortes de profils ; fils de Président, religieux, maire de grande ville, caricaturistes amateurs, grosses et grandes gueules...plusieurs Madof à la sénégalaise J'en passe.

La justice doit être transparente et équitable, afin de nous permettre de lutter contre toutes les formes d’inégalités, comme la pauvreté, l’analphabétisme, la corruption, etc.

Finalement, la gestion future, du gaz, du pétrole, des énergies renouvelables, des ressources naturelles, etc., ne sera sûrement pas gérée convenablement dans la transparence, et le résultat fidèle ne sera non plus pas communiqué, aux ayant-droits, à savoir le peuple. Depuis longtemps, les contrats juteux et gros marchés publics sont sources de polémiques entre les politiciens au sommet de l’Etat, à cause de ses germes de corruption...

J'ai appris que la politique est la voie des perditions. Puisse le Bon Dieu nous préserver du mal de la politique. #SecuritéSociale 

@Thiendella

ISSF

 


[1] Agriculture de consommation ou de celle de rente.

Recherche

Citation

"Nous les êtres humains nous sommes coupables de nombreuses catastrophes dans ce monde, mais nous les êtres humains nous contunions à être l'espoir, et nous allons sauver ce monde avec Dieu à la proue ! "

 

"Nous voulons que le petrole Venezuelien soit utilisé pour la paix et l'amour, pour sortir plein de personnes de la misère "

Allo Président N 253

Chanmp Oicina Commune de Simon Rodriguez et Tigre, Etat d'Anzoategui, le 23 Avril 2006.

Hugo Chavez

Copyright © Devoir Citoyen 2014 Tous Droits Reservés