Devoir Citoyen

espace libre pour citoyens sénégalais et d'ailleurs

Institution de prévoyance des retraités du Sénégal (IPRES) (Par Mandiaye Gaye)

Mais, est-ce que véritablement, l’intitulé qui dénomme IPRES


lire la suite.......

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT (Samba Sylla)

Samba SYLLA                                                                          Malika, le 27/05/2018 Quartier Alphousseynou SOW Malika SENEGAL Email :


lire la suite.......

Tout ça pour ça, quatre longues années après ! (Par Mody NIANG)

Le Conseil constitutionnel n’a pas suivi le Président de la République dans sa « volonté » de réduire son mandat de 7 à 5 ans et de se l’appliquer. De l’avis des cinq Sages,


lire la suite.......

Jules Diop, Latif Coulibaly et Youssou Ndour, de grâce taisez-vous ! (Par Bathie Ngoye Thiam)

On raconte que le président Nixon avait nommé à un haut poste un de ses détracteurs. Ses proches lui demandant pourquoi il faisait cela,


lire la suite.......

Intéressons-nous à ces vaccins injectés aux bébés sénégalais (Par Bathie Ngoye Thiam)

Depuis le début du mois de mars 2016, un vaccin dit contre l’hépatite B est administré aux nouveau-nés sénégalais dès les premières 24 heures.


lire la suite.......

Contribution/Politiques de l'habitat planifié au Sénégal : Incongruités et fatrasies

« S’il est des moments, quand se taire est trahir, il y a bien des moments, quand se taire est mentir ».

Depuis plus de soixante ans, les instruments étatiques de promotion de l’habitat planifié ont construit le Dakar moderne et ont fait des incursions remarquées dans l’intérieur du pays.


Avec la mise en œuvre du volet Habitat du Plan Sénégal Emergent (PSE), les sénégalais épris d’éthique et de justice se sont interrogés sur la quasi absence de la SICAP SA et de la SNHLM au niveau des Pôles Urbains ouverts par le Président de la République.
Au moment où des sociétés étrangères et des privés nationaux se sont vus octroyés gratuitement et gracieusement des milliers d’hectares du domaine national (en violation des dispositions du décret 2010 - 439 du 6 Avril 2010 fixant le barème du prix des terrains nus et des terrains bâtis), les structures étatiques qui gèrent le bien commun sont laissées en rade.
Pour rappel, déjà le 26 Juillet 2013, lors d’une visite officielle au Maroc du Président Macky Sall, le gouvernement du Sénégal avait signé des conventions avec Le  Groupe ALLIANCES (375 hectares à Diamniadio) et ADDOHA (cession du site du garage Pompiers). Ces conventions sont antérieures aux assises du Groupe Consultatif de Paris sur le PSE (24-25 Février 2014) et à la création de la Délégation des Pôles Urbains (décret 2013 -1225 du 4 Septembre 2013). C’est pour dire que le PSE est devenu un prétexte, un réceptacle et un fourre-tout.
C’est une hérésie et une méprise de ne pas s’appuyer sur les instruments étatiques de promotion de l’habitat pour réussir ce volet du PSE. La majorité des patriotes de ce pays sont outrés par le fait qu’on fasse croire que les sénégalais ne savent pas construire.
 A ce que je sache, ce ne sont pas des berbères qui ont construit Dakar avec ses immeubles et ses tours qui poussent comme des champignons !
Au delà du symbolisme, la relégation de ces instruments étatiques au second plan, est inquiétante et soulève des interrogations. Rien de nouveau et d’extraordinaire n’est proposé par les marocains et ces «privés» pompeusement appelés «développeurs». Depuis le 24 Mai 2014, jour du lancement du Pole de Diamniadio, du ciment n’a pas été malaxé par les marocains et également la promesse faite aux autorités par un privé national de livrer en Août 2015 des immeubles, sera loin d’être tenue.
Une société comme la SICAP SA, a fait de la mixité depuis sa création : de la chambre au Centre Commercial, en passant par les studios, les terrains viabilisés, les villas économiques, les villas grand standing (comme la résidence privée du Président à Fenêtre Mermoz), les immeubles du Point E (CREI, GIABA…), la prisée Cité Keur Gorgui avec ses immeubles abritant des ministères et les «privilégiés de la République», le premier Centre Commercial de Dakar avec ses escalators.. C’est pourquoi le commun des sénégalais ne peut pas comprendre pourquoi le Président de la République n’a pas profité de ses Grands Travaux pour réhabiliter ces instruments qui sont sous son autorité.
Saviez vous que depuis 2000, la SICAP SA n’a été affectataire d’aucun lopin de terre par l’Etat du Sénégal ?
Saviez vous que la SICAP SA finance ses lotissements en s’appuyant sur le secteur bancaire classique avec des taux d’intérêts exorbitants ?
Saviez vous que cette société ne bénéficie d’aucune exonération fiscale contrairement aux nouveaux amis marocains et turcs ?
Voilà une société dont 90% des actions sont détenues par l’Etat, avec un Conseil d’Administration composé de Représentants de l’Etat et de ses démembrements (Contrôle Financier de la Présidence, Primature, Ministère de l’Habitat, Ministère de l’Economie et des Finances, Assemblée Nationale, Commune de Dakar, DGID, LONASE, BHS, SNR..), et dont le Chef de l’Etat et son Gouvernement sont les dépositaires des orientations et des stratégies
Voilà une société qui a un statut hybride : une société anonyme à participation publique largement majoritaire qui évolue dans un secteur concurrentiel et qui est également astreinte aux obligations d’un service public. La SICAP est un fardeau de charges et de d’obligations, de compétences sans recettes, de devoirs sans droit et elle est également assujettie au Code des Marchés Publics contrairement à nos amis marocains et turcs.
Depuis l’avènement du Président Macky Sall, les décisions prises en Conseil des Ministres en matière d’habitat, n’ont pas été diligentées.
Nous rappelons que le 10 Octobre 2013, le Chef de l’Etat avait demandé au gouvernement de «s’appuyer sur les instruments et institutions déjà existants pour relancer la politique de l’habitat, en mettant en œuvre, un plan d’intensification des réalisations de la SICAP SA et de la SNHLM, en mobilisant davantage les moyens de la Caisse de Dépôts et Consignations  (CDC), ceux du secteur bancaire national, la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS) notamment. Ces initiatives sont destinées à promouvoir un système et des mécanismes de financement efficaces et durables du logement social ».
Nous rappelons que le 15 Janvier 2014 en Conseil des Ministres, le Chef de l’Etat avait demandé à son Gouvernement de «conclure avant fin Février 2014, des contrats d’objectifs et de moyens avec la SICAP SA et la SNHLM ». Il avait aussi invité le Gouvernement à préparer la tenue, courant Mars 2014, d’un Conseil Présidentiel sur le financement du logement. Il avait également donné des instructions pour «la préparation avant fin Mars 2014, d’un projet de loi d’orientation pour la promotion de l’habitat social ».
C’est déplorable de constater que toutes ces directives n’ont pas été suivies. Dans ce domaine, le Gouvernement du Sénégal «n’accélère pas la cadence » et nous souhaitons que le nouveau Premier Ministre Mahammad Dionne se mette «au travail».
La problématique de l’habitat planifié et du logement social est une question de volonté et de décisions politiques. Elle tourne autour du triptyque Foncier- Financement- Fiscalité.
Par une loi 2006-03 en date du 4 Janvier 2006, l’Etat du Sénégal a créé la Caisse de Dépôts et Consignations pour remplir la mission de financer le logement social, de financer les PME, la politique de la ville, les travaux d’équipements des collectivités. Malheureusement, un revirement est vite opéré et la CDC se positionne en promoteur immobilier avec l’acquisition ciblée de terrains sous le régime de Wade, au niveau de Bambilor et des Mamelles à coup de dizaines de milliards.
Le dernier rapport de la Cour des Comptes a mis à nu cette rocambolesque affaire d’acquisition foncière par la CDC au niveau de Bambilor, et au moment où les sénégalais s’attendaient à ce que cette affaire soit élucidée, Le Président de la République va procéder à la pose de la première pierre pour le lancement d’un projet immobilier. La Cour des Comptes a décelé dans l’acquisition du TF 1975/R du Général Bertin par l’Etat et rétrocédé à la CDC et à la Caisse de Sécurité Sociale, un détournement d’objectif, des violations manifestes de la loi et un enrichissement sans cause de particuliers.
Nous pensons qu’il faut remettre à l’endroit ce qui est à l’envers d’autant plus que les autorités étatiques (qui ne sont ni des hommes nouveaux ni des hommes neufs) connaissent bien les goulots qui étranglent les sociétés nationales de promotion de l’habitat. Le Ministère du Renouveau Urbain doit avoir une main mise sur les Pôles Urbains à défaut d’être une coquille vide. La loyauté ne doit pas tuer la vérité.
Il ne saurait avoir aucune explication pour la mise à l’écart de la SICAP et de la SNHLM. L’échec et la déliquescence de ces structures seront ceux de l’Etat Central qui n’a pas su à un moment de l’histoire redresser la barre et assumer ses responsabilités.
« N’oubliez jamais cette vérité absolue : ce qu’il y a de pire dans ce monde, ce ne sont pas les épreuves, ce sont les injustices ».  Gilles LEGARDINIER
VIVE LE SENEGAL VERTUEUX ET SOBRE !!!
 
Abdoul Aziz WANE
Secrétaire Général du Syndicat de la SICAP SA

 

 

Recharche Google


Citation

"Nous les êtres humains nous sommes coupables de nombreuses catastrophes dans ce monde, mais nous les êtres humains nous contunions à être l'espoir, et nous allons sauver ce monde avec Dieu à la proue ! "

 

"Nous voulons que le petrole Venezuelien soit utilisé pour la paix et l'amour, pour sortir plein de personnes de la misère "

Allo Président N 253

Chanmp Oicina Commune de Simon Rodriguez et Tigre, Etat d'Anzoategui, le 23 Avril 2006.

Hugo Chavez

Copyright © Devoir Citoyen 2014 Tous Droits Reservés