Devoir Citoyen

espace libre pour citoyens sénégalais et d'ailleurs

Le discours de Donald Trump, à l’Assemblée générale de l’ONU, nous rappelle celui d’un certain Adolf Hitler, des années 30 ! (Par Mandiaye Gaye)

C’est un discours, totalement irresponsable, du début à la fin et à tout point de vue,


lire la suite.......

Un remaniement fortement politicien, un gouvernement partisan, unijambiste et incohérent. (Par Mandiaye Gaye)

Encore de l’incohérence dans ce remaniement du nouveau gouvernement sans fin !


lire la suite.......

Transmission au Parquet d’un rapport de l’IGE mettant en cause la gestion du Maire de Dakar : une diligence inhabituelle et suspecte. (Par MODY NIANG)

Ainsi donc, avec diligence, le président-politicien a transmis au Parquet un rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE)


lire la suite.......

Statut spécial, politique et bonne gouvernance dans la cité de Bamba : Serigne Fallou Dieng flingue Touba

Serigne Fallou Dieng, petit-fils de Serigne Touba et président du Cercle des intellectuels soufis, fait fi des complexes, désintègre le conformisme bienséant hypocrite.


lire la suite.......

Le Cercle des Soufis apprécie le dénouement heureux de la crise gambienne. (Par Serigne Fallou Dieng)

Le Cercle des intellectuels soufis salue le retour de l'ordre constitutionnel et républicain en Gambie et magnifie l'efficience de la " médiation cornélienne" détachée de passion


lire la suite.......

11 janvier à Paris : l’Islam muselé et stigmatisé ? (Par Bathie NGOYE)

Depuis le 7 janvier 2015, une vague d’islamophobie sans précédent sévit en France et s’étend sur d’autres pays européens. Si malgré les innombrables incohérences, contradictions de tous genres et mensonges flagrants, d’aucuns continuent à croire que les auteurs des attentats terroristes sont de confession musulmane...

et ont pour noms Chérif Kouachi, Saïd Kouachi et Amedy Coulibaly, cela ne peut justifier la persécution qui ne dit pas son nom dont la communauté musulmane française est victime, sous le nez des autorités étatiques. Même la police censée protéger tous les citoyens s’y adonnerait à cœur joie. Lire ceci : http://www.crifrance.com/violences-policieres-lyon-islamophobie.html 

Les musulmans de France, leurs imams en tête, ont fermement condamné les horreurs du 7 au 9 janvier, disant clairement que cela ne fait partie de l’islam. Dans leurs discours, les autorités françaises aussi reconnaissent que l’islam ne cautionne pas de tels actes. Malheureusement, dans l’esprit de beaucoup de gens, ces actes barbares ont été commis au nom de l’islam et, sans chercher à comprendre, ils en veulent à leurs compatriotes musulmans ou se vengent sur eux. Si jamais ces derniers réagissent, la cohésion nationale en prendra un sale coup.

Par ailleurs, on professe que des jeunes incultes, petits voyous déboussolés se laissent manipuler par des organisations terroristes qui les recrutent à la sortie des mosquées, raison pour laquelle les mosquées sont attaquées par des gens apeurés et mal informés. Jets de pierres, de grenades, coups de feu…

Les plus pessimistes parlent de guerre de religion ou de guerre civile. Que Dieu nous en préserve ! Devant une telle situation, un gouvernement responsable n’attise pas la tension en mettant certains citoyens sur un piédestal tandis que d’autres sont voués aux gémonies.

Du 7 au 9 janvier, plus de vingt personnes ont été tuées par balles en France. Quatre policiers dont un par « suicide » et des civils dont des journalistes et des « terroristes ». Des Blancs, des Beurs et des Blacks. Des athées, des juifs, des chrétiens et des musulmans. Tous citoyens français. Des « hommages arc-en ciel » s’imposaient, sans privilégier ni une race ni une religion.

Nul n’ignore la situation au Moyen-Orient entre Israéliens (juifs) et Palestiniens (musulmans). Le 11 janvier, leurs dirigeants respectifs s’étaient retrouvés à Paris pour soutenir la même cause. Officiellement, la France, en les invitant tous les deux, tenait néanmoins à « éviter tout élément de « division » et toute mention du conflit israélo-palestinien dans les rangs de la manifestation ». On s’attendait donc à un traitement égal. Le bon sens, pour ne pas dire la bonne gouvernance, dictait alors de n’organiser qu’une marche silencieuse avec tous les millions de participants, et rien d’autre.

Premier faux pas. Les médias rapportent : « 9h33 : François Hollande reçoit les représentants de la communauté juive de France. Le grand rabbin de France, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et le président du Consistoire israélite de France, sont reçus par le chef de l’État, accompagné du Premier ministre, Manuel Valls, ainsi que des ministres de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Christiane Taubira. (…) Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a évoqué une « situation de guerre » avant d’être reçu avec d’autres représentants de la communauté juive dimanche par François Hollande à l’Élysée. »

Pour « éviter tout élément de division », le président de la République, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice reçoivent à l’Élysée les représentants de la communauté juive en France. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme. On peut penser que c’est parce qu’il y avait quatre juifs parmi les victimes, mais il y avait aussi cinq musulmans parmi les victimes dont les trois « terroristes », les deux autres étant des agents de l’État.

Il y avait aussi des athées et des chrétiens. Pourquoi donc ne recevoir que les juifs en ce jour d’unité nationale ? Et quand l’un de ces juifs évoque une situation de guerre, c’est une guerre entre qui et qui ? Pas besoin d’être savant pour comprendre qu’il s’agit des « bons » contre les « méchants », ce qui, pour des esprits médiatiquement dopés, signifie les non-musulmans contre les terroristes que sont les islamistes et les djihadistes.

Et pour les esprits junkies, ce n’est rien d’autre qu’une guerre entre les non-musulmans et les musulmans, d’où cette vague d’islamophobie qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Dans pareille situation, un chef d’État soucieux de la cohésion nationale, ne reçoit en aparté ni juif, ni musulman, ni chrétien, ni athée, ni bouddhiste ou autre, mais rassemble tout le monde, y compris le Front National, pour une marche républicaine.

Deuxième faux pas. Après la marche silencieuse, François Hollande devait retourner à l’Élysée et laisser ses invités faire ce que bon leur semblait. Qu’ils allaient dans des mosquées, ou des synagogues, ou des églises, ou aux bordels de Pigalle, les dirigeants de tous les Français n’avaient pas à accompagner untel ou untel, si vraiment l’unité nationale les préoccupaient. Hélas, il leur fallait une « afterparty ». Rendez-vous à la synagogue de la Victoire.

Deux stars furent vivement ovationnées : François Hollande et Benjamin Netanyahou. « Israël vaincra ! Israël vaincra ! », scandaient les fans en agitant le drapeau de l’État hébreu… Il y avait aussi le Premier ministre, l’ex-président Nicolas Sarkozy, un cardinal-archevêque et un imam. Un rabbin prit la parole, rien de plus normal dans une synagogue.

On s’attendait à ce que l’imam s’exprime aussi pour expliquer aux non-musulmans que les musulmans ne sont pas leurs ennemis et pour faire comprendre aux jeunes musulmans désœuvrés que le terrorisme ne fait pas partie de l’islam.

Tout comme les chrétiens, les vrais musulmans savent que le combat dans le sentier de Dieu n’est rien d’autre qu’un combat de l’âme contre les tentations de Satan, le djihad de l’âme. Voilà le genre de discours que les musulmans et les non-musulmans ont besoin d’entendre en ces moments de trouble et d’angoisse. Cet imam, simple figurant pour faire bonne impression, n’eut pas droit à la parole ou alors les médias l’ont zappé.

Le discours de Netanyahou par contre, fit le tour du monde. Celui qui appelle les juifs du globe à rentrer en Israël, pour les installer sur des terres que nous pouvons deviner, ne s’est pas gêné pour mentionner le « conflit israélo-palestinien ». Après avoir pointé du doigt « l’axe du mal », il invite l’Europe à soutenir Israël. « Notre ennemi à tous est l’islam radical (…) Israël est aujourd’hui aux côtés de l’Europe, mais je voudrais que l’Europe soit aussi aux côtés d’Israël. De la même façon que tout le monde de la culture civilisé est aujourd’hui en train de se lever contre le monde l’obscurantisme et du terrorisme, il faut agir exactement

de la même façon et être aux côté d’Israël qui combat le terrorisme. C’est exactement le même terrorisme. » Il est clair qu’Israël n’a pas besoin d’un soutien militaire pour exterminer les Palestiniens et prendre leurs terres. Le seul soutien que l’Europe peut lui apporter est de fermer les yeux pour le laisser faire. Les Palestiniens n’ont pas d’armée pour se défendre.

Les traiter de terroristes parce qu’ils ripostent comme ils peuvent pour s’affranchir de l’occupation israélienne est aussi indécent et absurde que de dire qu’un mouton attaqué par une troupe de lions est terroriste parce qu’il tente de donner des coups de corne. Sous l’occupation allemande, les Français qui ripostaient comme ils pouvaient, n’étaient pas qualifiés de terroristes, mais de résistants. Pourquoi donc veut-on qualifier les Palestiniens de terroristes ? Parce qu’ils sont musulmans ?

Dès son retour à son pays, Netanyahou tient un discours nettement moins diplomatique. Il cite le Hamas parmi les organisations terroristes or la communauté internationale a retiré le Hamas de cette liste. Signalons que le Hamas avait condamné les attentats survenus en France. C’est quoi le Hamas ?

C’est un David qui n’a même pas une fronde, mais s’oppose à un Goliath armé de bombes et de drones. Avec tous les actes antimusulmans recensés en France, Netanyahou va encore plus loin et jette de l’huile sur le feu en appelant à « une vaste agression contre les forces de l’Islam, dans le monde entier. »

Troisième faux pas. On s’attendait alors à ce que François Hollande opte pour l’apaisement et remettre de l’ordre dans tout cela. Sa récente sortie a de quoi inquiéter. Il annonce « l’adoption prochaine d’un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».

Se croit-il au début des années 40 ? Il dit que nous devons « nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination ». Il n’est donc pas sans savoir que c’est avec ce même verbe que des musulmans paisibles sont stigmatisés dans son pays. Il faut plutôt des lois contre l’islamophobie.

Des images montrent que Mahmoud Abbas a participé à la marche républicaine. Qui peut rapporter une seule parole prononcée par lui ce jour-là ?

Parmi les « marcheurs », il y avait un grand nombre de dignitaires musulmans présents pour éteindre le feu et non pour y jeter de l’huile.

Le Premier ministre turc « a salué la marche de Paris contre le terrorisme, comme un message fort adressé au monde, ajoutant qu’il aimerait des réactions similaires en cas d’attaques contre des mosquées ou en cas d’islamophobie. » On dirait que son message est entré dans l’oreille d’un sourd.

« Les Français sont des veaux », aurait dit le général De Gaule. Ceux qui le pensent encore aujourd’hui se gourent lourdement. Certes, un diabolique abattage politico-médiatique moissonne beaucoup de cœurs, mais d’autres restent libres et lucides. A Paris, ces gens ont prôné l’union des religions contre la haine. A Angers, plusieurs centaines de musulmans ont défilé derrière une banderole proclamant «l’islam pour la paix et la tolérance».

A Montpellier, des représentants des communautés musulmanes et juives ont défilé côte à côté. Au Mans, deux curés ont monté la garde devant une mosquée pendant la prière du vendredi… Si les États n’ont que des intérêts, les humains peuvent être des amis malgré leurs différences.

Soyons unis et qu’aucune manipulation politique ou médiatique ne nous divise. Vivre ensemble, en paix, dans le respect mutuel et la solidarité, voilà la meilleure des valeurs de la République. Ainsi, pourrons-nous ensemble combattre le terrorisme sous toutes ses formes.

Bathie NGOYE.

Recherche

Citation

"Nous les êtres humains nous sommes coupables de nombreuses catastrophes dans ce monde, mais nous les êtres humains nous contunions à être l'espoir, et nous allons sauver ce monde avec Dieu à la proue ! "

 

"Nous voulons que le petrole Venezuelien soit utilisé pour la paix et l'amour, pour sortir plein de personnes de la misère "

Allo Président N 253

Chanmp Oicina Commune de Simon Rodriguez et Tigre, Etat d'Anzoategui, le 23 Avril 2006.

Hugo Chavez

Copyright © Devoir Citoyen 2014 Tous Droits Reservés